Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
PAROISSE BIENHEUREUSE-MARIE-ANNE-BLONDIN
Terrebonne, Qc
paroissebmab@videotron.ca
 

Pour faire baptiser votre enfant, vous devez premièrement vous inscrire à une soirée café dessert en nous téléphonant au 450-471-9412. Cette rencontre est la première étape obligatoire du processus d'inscription.

La secrétaire vous indiquera par la suite quels seront les documents requis et la manière de fonctionner.

Veuillez noter que nous ne prenons plus d'inscription au téléphone.

 
Vign_titre_sens_profond_du_bapteme
Le baptême, une porte
La célébration du baptême de notre enfant est pour nous l’occasion d’approfondir et de rafraîchir notre foi. C’est sans doute une fête de famille ou une réunion sociale. Mais c’est aussi le moment de prendre plus profondément conscience de ce que signifie pour nous et pour notre enfant le sacrement du baptême. Dans l’Église, le sacrement du baptême commence la vie du chrétien. Il est la porte d’entrée dans l’Église, la porte du Salut, la porte des autres sacrements.

Comment cela se fait-il ?
Par le Christ, car le Salut pour nous, c’est Jésus. Et le sacrement du Christ, c’est l’Église. Et le moyen d’être uni au Christ dans l’Église, ce sont les sacrements où le Christ agit personnellement et corporellement. Le premier des sacrements, c’est le baptême qui fait partie d’un ensemble qu’on appelle les sacrements d’initiation à la vie chrétienne (baptême, confirmation, eucharistie).

Le sens premier du baptême
Baptiser, c’est laver, purifier, plonger dans l’eau. Dans le baptême, l’homme est plongé par le Saint-Esprit dans l’Événement capital du Salut, qui est la Mort et la Résurrection du Christ pour la libération du péché. Le péché est toujours une rupture d’avec Dieu. Au contraire, la grâce du baptême nous met en communion avec le Père et le Fils dans l’Esprit-Saint. Et l’Église, pour nous les baptisés, est cette communauté visible et invisible où circule la grâce qui nous fait enfant de Dieu et solidaire de la charité fraternelle de nos frères et sœurs. Et cette grâce, nous la recevons dans le baptême.

Le baptême est donc un sacrement
Et un sacrement de la Nouvelle Alliance. C’est-à-dire un signe qui tombe sous nos sens, un signe institué par Jésus-Christ qui nous donne une grâce spéciale, qui nous fait enfants de Dieu, fils ou filles de l’Église, frères et sœurs du Christ, et participants à la nature divine. Ce signe comprend un geste chargé de sens et de parole efficace :
# 1 – Un geste : verser de l’eau sur la tête (effusion) ou plonger le corps dans l’eau (immersion).
# 2 – Une parole : « Et moi, je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. »

Que fait en nous le baptême ?
Brièvement, résumons l’action, en nous, du baptême :
- par ce sacrement, j’ai une nouvelle naissance, dans l’eau et dans l’Esprit, par laquelle je suis fils ou fille adoptif (ve) de Dieu;
- je deviens une créature nouvelle en Jésus-Christ;
- un être pascal où je participe pour la première fois à la Mort et à la Résurrection de Jésus;
- une renaissance de l’eau et de l’Esprit-Saint qui nous libère de tout pêché.

Le baptême dans notre vie : Comment vivre notre baptême ?

# 1 – En menant une vie pascale
Le baptisé est quelqu’un qui, dans le Christ, est passé de la mort à la vie, du péché à la grâce. Il y a une sorte de passage (c’est le sens de la Pâque) où nous convertissons notre cœur à Dieu, faisons sa volonté, opérons le passage de ce qui ne plaît pas à Dieu à ce qui lui plaît. En d’autres mots : expérimenter la droiture selon Dieu, la sainteté de vie. Comme dit Jésus : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

# 2 – En étant unis au Christ
Plus je serai uni(e) au Christ, plus je serai saint(e), plus je réaliserai ma triple mission dans le Christ. Dans cette vie d’union au Christ, l’Esprit-Saint occupe une place de choix. Être uni(e) au Christ, c’est mener une vie fidèle à trois dimensions :
a) relation au Père (prière, parole de Dieu, faire sa volonté) ;
b) relation aux hommes (frères et sœurs) : amour, partage, communion;
c) relation au monde : travail et développement.
 
Vign_titre_role_parrain_marraine
Être parrain ou marraine, c’est quoi ?

Le fait de choisir un parrain ou une marraine pour l’enfant qui va être baptisé (ou pour le jeune de six ou sept ans ou pour un adulte) est une très belle tradition qu’il faut conserver, mais surtout faire vivre dans la pratique quotidienne.

Des parrains, il y en a chez les Chevaliers de Colomb ou les Alcooliques anonymes, des marraines chez les Filles d’Isabelle. Leur rôle consiste à être des conseillers, des guides et des soutiens à aider leur protégé à vivre selon l’esprit de leur association.

Être parrain ou marraine, ce n’est pas seulement un honneur qui s’achève avec la cérémonie du baptême. C’est une responsabilité de la communauté chrétienne à l’égard du nouveau membre de l’Église et une aide aux parents pour qu’ils éduquent vraiment leur enfant dans l’Église, dans la foi et dans l’amour.

Entre enfant baptisé et le parrain ou la marraine, il y a plus qu’un lien d’amour naturel, il y a une relation spirituelle. Cela signifie que le rôle ne s’achève pas avec la cérémonie du baptême.

Qui choisir ?
Les parents de l’enfant choisissent ordinairement les parrains et marraines parmi les parents ou amis. C’est logique. Mais ils doivent aussi se demander si ces personnes peuvent vraiment les aider dans l’éducation chrétienne de leur enfant, initier l’enfant dans le Christ et dans l’Église. Cela suppose qu’ils aient la foi, un sens de la communauté chrétienne, un esprit de fraternité.

Comment remplir ce rôle ?
  • Rappeler l’anniversaire du baptême par une visite, une carte, un coup de fil.
  • Être en contact étroit avec les parents. Les encourager à montrer les prières usuelles, à parler du Père, de Jésus de Marie, de l’Amour, etc…
  • Suivre leur filleul(e) au long de sa croissance et, à l’occasion, lui offrir en cadeau un chapelet, une Bible, un livre spirituel adapté à son âge.
  • En temps opportun, l’encourager à la pratique religieuse, surtout dominicale.
  • Enfin, être pour lui un modèle de vie chrétienne, avec ses limites, en pratiquant soi-même sa religion, en la vivant de l’intérieur.
Demander au Saint-Esprit qu’il vous aide dans votre beau rôle de parrain ou de marraine. Félicitations!

Conclusion
Dans le droit canon, l’Église insiste pour que le parrain et la marraine remplissent toutes les conditions nécessaires pour assumer dignement leur rôle en esprit de foi. Redonnons à cette fonction ecclésiale tout son sens et toute sa dignité.
 

Le saviez-vous...on peut être baptisé à n'importe quel âge ?

 

  • Communiquer avec le personnel pastoral de la paroisse (avant la naissance de votre enfant si possible) pour prendre rendez-vous.
  • Une préparation pré-baptismale est requise. Elle sera suivie de deux rencontres de catéchèses avant la célébration.
 
Vign_parrainage

Prendre le temps de bien choisir le parrain et/ou la marraine car votre choix sera définitif (on ne peut changer de parrain ou de marraine une fois le baptême célébré). 

Il est requis : 
    - Un parrain ou une marraine 
            OU BIEN 
    - Un parrain et une marraine 
        N.B. : Jamais deux parrains ou deux marraines

Ce qu’il faut pour être parrain ou marraine :

- Etre baptisé catholique
- Etre confirmé
- Etre âgé d’au moins 16 ans
- Avoir le souci de jouer un rôle d’accompagnement spirituel de l’enfant.

Le parrain ou la marraine n’a aucun droit civil sur l’enfant…
Son rôle est strictement spirituel

 

Le baptême

 
 

DOCUMENTS OBLIGATOIRE POUR L'INSCRIPTION

- Certificat de naissance de votre enfant

- Preuve de confirmation du parrain

- Preuve de confirmation de la marraine

+

Frais d'administration de 75$ pour les paroissiens

Frais d'administration de 100$ pour les non-paroissiens

Dernière mise à jour le 23 FÉVRIER 2017©
Créer un site avec WebSelf