Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
PAROISSE BIENHEUREUSE-MARIE-ANNE-BLONDIN
Terrebonne, Qc
paroissebmab@videotron.ca
 

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU MISSEL ROMAIN

Vign_missale_romanum
 

Comme mentionné il y a quelque temps, la présentation générale du missel romain (PGMR), publiée en 2002, annonçait la préparation de la traduction du Missel romain en français. Cependant il y a toujours un délai avant la parution.

C’est pourquoi avant que nous parvienne la 3ème édition typique du Missel romain, nous allons nous préparer à apprivoiser les nouvelles règles de célébration de la messe, action du Christ et action du peuple réuni en son nom.
Une des premières notions à apprivoiser ce sont les temps de silence, temps souvent inconfortables pour nous! Le silence fait peur; pourtant la PGMR en parle ainsi :

Le silence sacré fait partie de la célébration : il doit aussi être observé en son temps. Sa nature dépend du moment où il trouve place dans chaque célébration. En effet, pendant l’acte pénitentiel et après l´invitation à prier, chacun se recueille; après une lecture ou l´homélie, on médite brièvement ce qu´on a entendu; après la communion, le silence permet la louange et la prière intérieure.

Dès avant la célébration elle-même, il est bon de garder le silence dans l’église, à la sacristie et dans les lieux avoisinants, pour que tous se disposent à célébrer les saints mystères religieusement et selon les rites.

 
Vign_silence
Alors ne soyons pas inquiets lorsqu’il y a un temps de silence entre deux actions liturgiques. Profitons de ce moment pour vivre entièrement le rite qu’il précède ou qu’il conclut.

La célébration de la messe est réglementée de telle sorte que les ministres et les fidèles y participant en recueillent les fruits voulus par Christ en instituant le sacrifice eucharistique.

Toute eucharistie, comme toute célébration liturgique, a pour but de favoriser chez les fidèles une participation consciente, active et plénière du corps et de l’esprit, animée par la ferveur de la foi, de l’espérance et de la charité. Voilà pourquoi le fidèle n’assiste pas mais participe à la célébration, à la messe, au baptême, à la confirmation…

La célébration eucharistique comme toute liturgie se fait à travers des signes sensibles par lesquels la foi se nourrit, se fortifie et s’exprime. D’où la nécessité d’y apporter un grand soin et d’organiser la forme et les éléments que l’Église propose. Pendant quelques semaines, nous procéderons donc à la présentation progressive des nouvelles règles de la célébration de la messe.
La célébration de la messe est réglementée de telle sorte que les fidèles y participant et les ministres en recueillent les fruits voulus par Christ en instituant le sacrifice eucharistique.
 

La messe comporte deux grandes parties intrinsèquement liées et formant un seul acte de culte : la liturgie de la parole et la liturgie eucharistique. Aujourd’hui, nous nous arrêterons à la première partie pour parler des rites initiaux.

1. Liturgie de la parole

 
Vign_evangile

A. Les rites initiaux :

1. Entrée en célébration : elle est constituée du chant d’entrée (Introït), la salutation, l’acte pénitentiel, le Kyrie, le Gloria et la Prière d’ouverture (collecte) 

- Finalité : amener les fidèles réunis à réaliser une communion et à se disposer à bien entendre la parole de Dieu et célébrer dignement dans le mystère du temps liturgique ou de la fête. 

- Geste et Rite : Le chant est exécuté alternativement par la chorale et le peuple pour accompagner la procession du prêtre et des ministres. 

L’acte pénitentiel intervient après un bref instant de silence par toute la communauté.

Le Kyrie récité ou chanté, il est exécuté par tous comme à l’accoutumée. 

Le Gloria in excelsis : Le texte de cette hymne ne peut pas être remplacé par une autre. Il est chanté par tous ensemble, le dimanche, le jour de fête ou de solennité en dehors du temps de l’Avent et de Carême.

La prière d’ouverture (collecte) : le prêtre invite le peuple à prier. Tous, avec le prêtre font un instant de silence. Il prononce la prière et la termine par la formule trinitaire habituelle et le peuple s’unit à celle-ci par l’acclamation. Amen. (à suivre)

 
Dernière mise à jour le 23 FÉVRIER 2017©
Créer un site avec WebSelf