Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
PAROISSE BIENHEUREUSE-MARIE-ANNE-BLONDIN
Terrebonne, Qc
paroissebmab@videotron.ca
 
1. Les gestes de la préparation des dons

Christ a institué l’eucharistie à la dernière cène. Ce qu’il a fait, il l’a lui-même transmis aux disciples pour qu’ils le fassent en mémoire de lui. L’Église organise la liturgie eucharistique de telle sorte qu’elle corresponde à ces paroles et ces actes du Christ.
Les dons, du pain et du vin, sont préparés et déposés sur la table eucharistique avant leur conversion au corps et sang du Christ, signe de son sacrifice unique qui devient nourriture des disciples.
Il est recommandé de faire présenter le pain et le vin par les fidèles. Le président de la célébration, aidé par un diacre ou un autre ministre, reçoit le pain et le vin des membres de l’assemblée. On peut apporter aussi d’autres dons.

2. La prière eucharistique

La prière eucharistique est d’abord une prière d’Action de grâce; exprimée dans la préface, le prêtre glorifie Dieu au nom de tout le peuple de Dieu. Même si elle est proclamée par le prêtre seul, elle est toujours la prière de toute l’assemblée.
Les fidèles se tiennent debout depuis l’invitation Prions ensemble avant la prière sur les offrandes jusqu’à la fin de la messe
Aux diocèses du Canada, les fidèles s’agenouillent pour la consécration, sauf pour raison de santé ou autres justes raisons. Ceux qui ne s’agenouillent pas pour la consécration font une inclination profonde pendant la génuflexion du prêtre après la consécration.
Là où le peuple a l’habitude de demeurer à genoux depuis la fin du sanctus jusqu’à la fin de la prière eucharistique, il sera bon de conserver cette coutume.
Les principaux éléments de la prière eucharistique :
- L’Action de grâce par la préface;
- L’acclamation par le Sanctus;
- L’épiclèse par l’invocation de l’Esprit Saint sur les offrandes;
- Le récit de l’institution et la consécration à travers les paroles, gestes et matières utilisés par le Christ;
- L’anamnèse à travers le mémorial de la passion bienheureuse, de la glorieuse résurrection et de l’ascension du Christ;
- L’offrande : le peuple rassemblé offre au Père par la force de l’Esprit Saint la Victime sans la tache et apprend aussi à s’offrir lui-même et par le Christ, il s’unit à Dieu et aux autres pour que Dieu soit tout en tous;
- Les intercessions: l’eucharistie est célébrée en union avec toute l’Église, celle du ciel et de la terre; l’offrande est ainsi faite pour tous les vivants et les morts, les présents comme les absents;
- La doxologie finale: expression de la glorification de Dieu, elle est ratifiée et conclue par l’acclamation du peuple: Amen.

3. Les rites de communion

- L’Oraison dominicale
Le Notre Père introduit e rite de communion. “On demande le pain quotidien qui, pour les chrétiens, évoque surtout le pain eucharistique, et on y implore la purification des péchés, pour que les choses saintes soient vraiment données aux saints (PGMR 81).
Durant le Notre Père, les fidèles rassemblés peuvent adopter la position de l’orant, les bras ouverts en croix et levés vers le ciel, la paume des mains tournées vers l’avant. On peut garder cette position pendant la prière qui suit pour manifester l’unité entre la prière du Seigneur et sa doxologie, et joindre les mains en disant ou chantant ‘Pour les siècles des siècles’.

4. Le rite de la paix

Le rite de la paix répond à la demande de paix et de l’unité recherchée par l’Église pour elle-même et pour toute l’humanité.
Concernant le signe de la paix à transmettre, la façon de faire respecte les mentalités, les us et coutumes de chaque peuple. Il convient cependant que chacun souhaite la paix de manière sobre et uniquement à ceux qui l’entourent.

5. La communion


Il est souhaité que les fidèles, comme le prêtre, reçoivent le corps du Christ avec des hosties consacrées au cours de cette même célébration liturgique, et selon le cas participent au calice en signe de participation au sacrifice actuellement célébré.
Le chant de communion exprime par l’unité des voix l’union spirituelle entre les communiants, montre la joie du coeur et met davantage en lumière le caractère communautaire de la procession qui conduit à la réception de l’eucharistie. S’il n’y a pas de chant de communion, l’antienne proposée dans le missel peut être dite soit par les fidèles, soit par quelques-uns d’entre eux, soit par le lecteur, soit par le prêtre.
Après la communion selon qu’il est opportun, l’assemblée prie en silence sinon, elle peut exécuter une hymne, un psaume ou un autre chant de louange.

6. Oraison finale

Une seule prière est dite après la communion et le peuple fait sienne cette oraison par l’acclamation: AMEN.

7. Rites de conclusion

Relèvent du rite final : les brèves annonces (si nécessaire), la salutation et la bénédiction, l’envoi du peuple et le baiser de l’autel par le prêtre et diacre, suivi de l’inclination profonde vers l’autel par le prêtre, diacres et autres ministres.
 
Dernière mise à jour le 23 FÉVRIER 2017©
Créer un site avec WebSelf