Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
PAROISSE BIENHEUREUSE-MARIE-ANNE-BLONDIN
Terrebonne, Qc
UNITÉ ST-PAUL
 

Article 1: Faisons la paix

 
Vign_PAIX

 FAISONS LA PAIX

Au printemps 2006, le journal français "Famille Chrétienne", avait fait un Hors-série sur le thème de la paix: "Faisons la Paix". Puisque tout ce qui est bon doit être mis au service de l'évangélisation, je me suis servi amplement de ce travail, pour proposer un chemin de réflexion et pourquoi pas, de conversion pour la paix. Pourquoi une réflexion sur la paix? Nous vivons certainement dans un pays en paix, porteur d'opportunités et de sérénité, à la différence de beaucoup de pays qui vivent dans la guerre et le conflit quasi permanent. Cependant, il suffit de regarder nos contemporains dans les yeux pour voir des âmes tristes. Il n'est pas besoin de citer le nombre de suicides, de divorces ou de couples en difficultés, des personnes souffrant du stress et de la dépression, bref, de tout ce que nous pourrions appeler les maladies de l'espérance. Certes, nous vivons dans des conditions de confort plus que convenables et pourtant, nous avons renoncé à la paix profonde en se contentant généralement de très peu. Philippe Oswald, alors directeur de la rédaction de Famille Chrétienne disait de cette paix: "... on se barricade, on fait le dos rond, on campe sur la défensive, on protège le cocon. Et que le reste du monde nous "fiche la paix"... Drôle de paix!" (Éditorial). On ne peut en effet être frappé par le contraste étonnant entre l'apparence de richesse, de confort, de soi-disant évolution qui a donné tant d'espoir à nos contemporains en leur faisant assumer un rejet systématique de l'Église, sur qui sont jetés la source de tous les maux de la société, et en même un désespoir profond qui les anime. Le pape François en fait un diagnostique fort dans son exhortation sur la joie de l'Évangile.


Séraphim de Sarov a eu cette parole qui me semble importante: "Acquiers la paix intérieure et des milliers autour de toi trouveront le salut". Philippe Oswald affirmait dans le même éditorial: "La paix se reçoit comme un don du Christ qui est sur le point de donner sa vie à la Croix, mais se construit dans la vérité et la justice." Il nous faut à la fois contempler le don de Dieu et travailler à le réaliser en nous et autour de nous. Alors que face à ses troubles intérieurs, le monde créé un vide encore plus grand ou cherche à multiplier les thérapies individualistes qui ne sont que des archéologies renfermant l'homme sur ses difficultés. Certes, il finit par les connaître et les assume, mais ne sort pas de lui et il n'est pas guéri. Seul le contact avec le Christ qui donne sens à la vie de l'homme peut le guérir et
l'aider à aller plus loin. La paix qu'il nous apporte n'est pas l'absence de conflit ou une éphémère sécurité venant d'un bien-être matériel. Elle est une victoire profonde et définitive sur le mal, même quand celui-ci se déchaîne avec fureur sur nous. Il faut se mettre à son écoute dans la prière, dans les sacrements et dans la Parole de Dieu, pour sortir du cercle profond, mais mortel de nos peurs. Il est l'hôte intérieur qui nous ouvre à la joie véritable et il donne sens à tout dans notre vie.


"Seigneur, fais de moi un instrument de Ta paix. La où il y a la haine, que je mette l'amour..." Telle était la prière de Saint-François, le pauvre d'Assise. Il n'avait pas la paix des conforts, mais la paix profonde, dans le combat contre le mal en lui et dans les autres. "La paix commence avec un sourire", disait Mère Teresa. Face aux pauvres et avec eux, elle a été la témoin de la paix intérieure véritable. N'a-t-elle pas eu le prix Nobel de la paix? Elle a compris qu'en puisant à la source qu'est le Christ, elle ne pouvait donner à la grande majorité des pauvres qui compose notre monde, que la paix et l'amour. Notre monde changera, non pas par des innovations sécuritaires avec la prolifération des forces de l'ordre, ou une meilleure situation économique, mais par un renouveau des coeurs, qui s'engagent dans une charité active et discrète. Mère Teresa disait justement: "Toute oeuvre de charité est une paix".

Parler de la paix est facile. N'y a-t-il pas des tas de conférences de paix dans le monde, essayant d'établir des paix de compromis? Mais, pour en parler, il nous faut l'avoir en nous-mêmes, au risque d'être les nouveaux pharisiens: ils disent et ne font pas. Le pauvre d'Assise affirmait: "Lorsque vous parlez de paix, vous devez avoir la paix dans vos coeurs." Mais, comment avoir la paix quand nos coeurs nous accusent? Le pardon est certainement l'un des grands secrets de la paix, pardon donné et reçu, tel que notre chemin le proposera. Il nous faut donc puiser avec abondance à la source de la miséricorde dans le sacrement de la confession. Il faudrait d'ailleurs qu'on essaye de vérifier si l'état de conflit intérieur des hommes et des femmes n'est pas lié à l'abandon des confessionnaux. La miséricorde de Dieu nous guérit et nous libère, tout en nous mettant sur le chemin du combat pour la conversion. De la miséricorde de Dieu, nous sommes disposés à affronter toutes les blessures dans la vie fraternelle et communautaire, dans nos familles, porteuses du pardon et disposées à la réconciliation. Nous sommes malheureusement tous blessés et il n'y d'immaculés que Jésus et sa mère, la Vierge Marie.


Le monde qui a proclamé la mort de Dieu et s'obstine à vivre sans lui, s'est retrouvé sans repères et sans sens. Des générations entières en payent le prix fort. Dieu est mort pour l'intellectuel, pour le politique, mais aussi pour le pauvre qui survit grâce à la générosité des poubelles. Il faut aussi accepter de se laisser déranger par lui, par avoir la paix véritable. Mais, tous mettent leur espérance dans des assurances humaines, qui résoudront certainement le contingent, assureront une retraite convenable et pourtant, le sentiment de vide reste et demeure. Il faut accepter de retrouver Dieu et un sens à sa vie, mais aussi s'abandonner à lui, à sa providence et en lui, retrouver la vraie vie. Beaucoup sont riches de tout, sauf de Dieu et ce sont peut-être les plus pauvres d'entre nous.

Le trouble du sommeil est aussi un des symptômes de notre monde. Peut-être qu'on ne dort plus, parce qu'on n'a pas la paix. Que le Seigneur nous donne la paix véritable. Qu'il nous donne la grâce de travailler à l'établir en nous et autour de nous. Alors, nous dormirons enfin en paix.

 
Vous pouvez télécharger le fichier dans le format désiré en cliquant sur son titre ci-dessous.
 
La_Paix.pdf (186,32 Ko)
 
La_Paix.docx (18,11 Ko)
Dernière mise à jour le 23 FÉVRIER 2017©
Créer un site avec WebSelf